Rencontre écopoétique avec les écrivains suisses (Jérôme Meizoz, Aude Seigne, Anne-Sophie Subilia), 24 février 2020.

Vous trouverez sur le lien suivant les textes inédits des « fictions générées par l’image » que Jérôme Meizoz, Aude Seigne et Anne-Sophie Subilia ont proposées à l’occasion de  la rencontre « La littérature environnementale en Suisse: écrire l’écologie » organisée le 24 février 2020 à l’Université de Gand par Pierre Schoentjes et Riccardo Barontini avec le soutien de la Mission Suisse auprès de l’Union Européenne

Vous trouverez également la vidéo des lectures que les auteur.e.s ont données de ces fictions ainsi que les vidéos de la table ronde au cours de laquelle ils ont répondu aux questions des universitaires Pierre Schoentjes (UGent) et Claire Jaquier (Univ. de Neuchâtel) autour de leur textes et plus largement autour de littérature et écologie.

Exposition René Char “Sources et chemins de la poésie” – Fondation Jan Michalski (14 juin – 29 sept. 2019)

Figure majeure de la poésie du XXe siècle, René Char (1907‐1988), proche du surréalisme à ses débuts, publie en 1948 le recueil Fureur et mystère, réunissant ses textes marqués par la Seconde Guerre mondiale et son engagement dans la Résistance. Son œuvre ultérieure invite à découvrir une autre dimension de sa poésie, celle de son rapport à l’espace et de sa sensibilité à la terre – du microcosme de la « vallée close » au cosmos. Les marches du poète dans le Vaucluse, « pays » natal, son attention à un environnement dont il devine le mystère profond et pressent la fragilité, ne cessent de nourrir son inspiration et façonnent un langage qui resserre dans l’image poétique le vécu heureux ou douloureux d’un homme ainsi que sa reconnaissance envers le monde naturel.

Commissaire invitée ž: Danièle Leclair, maître de conférences de littérature française – Paris, en collaboration avec la Fondation Jan Michalski

Pour plus d’informations

En lieu et place

Publication du livre En lieu et place d’Olivier Domerg écrit à l’occasion de la résidence Artifice du poète à Charleville-Mézières au mois d’octobre 2013.

Dans ce livre, qui prend parfois les allures de « symphonie urbaine », Olivier Domerg nous invite à nous interroger sur « la sensation du lieu » et sur « le lieu comme sensation ». Ce lieu, en l’occurrence, est une place ; et, comme toutes les places, un lieu « ouvert », par excellence, sur le paysage urbain, les rues, le ciel, les flux qui s’y croisent, et sur la ville elle-même, dont elle est souvent le centre. Lieu évidemment de passage, mais aussi de « rencontre » et de « retrouvaille », de « pauses » et de « flâneries ». Un endroit où la ville semble faire corps avec elle-même, se condenser et à la fois se déployer ; et où quelque chose d’un plan, d’une forme et d’un sens s’affirment. Se donnent à voir et à entendre.