Approches interdisciplinaires du geste chirurgical (20e-21e s.)

H. Mondor sur le front de Verdun, Archives nationales, Paris

La diffusion à la fin du 19e siècle de la révolution des trois A (Anesthé-sie, Antisepsie, Asepsie) ouvre pour la chirurgie une période conquérante, et bou-leverse en profondeur la manière dont se conçoit l’opération chirurgicale. Cette évolution de la technique chirurgicale, avec le perfectionnement de ses outils et l’apparition du bloc moderne, marque l’avènement d’une véritable « frénésie opératoire» selon Jean-Louis Faure, et s’accompagne d’une évolution en profon-deur du geste chirurgical lui-même. À partir de la fin du 19e siècle, les « pères coupe-toujours » dénoncés par Octave Mirbeau cèdent la place à des chirurgiens qui sollicitent moins le poignet, symbole d’un passage en force, que les doigts, pour une opération le plus en douceur possible, économe du sang du patient.

C’est ce «geste chirurgical» qui sera le point focal de cette journée d’étude interdisciplinaire, proposant d’approfondir sa connaissance et son évo-lution depuis la fin du 19e siècle jusqu’aux bouleversements techniques les plus récents – chirurgie «mini-invasive» et chirurgie télévisuelle – pour mettre la main du chirurgien et son maniement des outils chirurgicaux en dialogue avec ceux qui ont cherché à la voir à l’œuvre et à la donner à voir, ouvrant la voie à une poétique de la chirurgie, une philosophie, une chorégraphie…

Voir le programme de la journée d’étude

Le actes de la journée d’étude ont été publiés par Georg éditeur en 2020.