Poésie planétaire

“Je reviens plus mondial que jamais” (Louis Brauquier)

Julien Knebusch, Poésie planétaire. L’ouverture au(x) monde(s) de la poésie française au début du 20e siècle, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2012.

Si aujourd’hui, la mondialisation atteste de notre ouverture croissante au monde, il nous faut encore apprendre à percevoir et à sentir en dehors du cadre de la nation : la conscience mondiale ne va pas de soi. La littérature et en particulier la poésie ont été à l’avant-garde des mutations dans les représentations du monde au début du XXe siècle, à un moment où les échanges culturels et économiques s’intensifient et où la révolution des transports et des télécommunications modifient notre environnement planétaire. Mais comment comprendre l’ouverture au monde des poètes ? Quelles convergences communes se dessinent dans leur poésie lorsqu’elle s’ouvre au monde ?
Ce livre étudie dans une perspective interdisciplinaire l’émergence d’une poétique de la diversité parmi un large ensemble de poètes de la génération de 1880 comme Larbaud, Levet, Saint-John Perse, Supervielle, Morand, Romains, Durtain, Brauquier ou Nau. Leur oeuvre nous permet de parcourir un espace élargi et diversifié du monde dans les trois premières décennies du siècle. L’étude interroge la géographie littéraire de la dynamique d’ouverture sur le monde qu’ils mettent en scène ; apparaissent alors une géopoétique du parcours du monde ; qui renouvelle les formes littéraires en les faisant dialoguer avec les formes de l’espace, ainsi qu’une géocritique des images du monde qui se construisent diversement en mettant en avant les lieux, les parcours ou les paysages. Cet angle d’approche des textes poétiques permet de réévaluer le cosmopolitisme et la culture internationale de ces écrivains qui ont tenté par diverses voies de concilier l’ouverture à la diversité et l’exigence de l’unité du monde, sans oublier l’ancrage dans des lieux et une culture donnés.

Pour acheter le livre auprès de l’éditeur