Thermalisme (arts, littérature et médecine)

L’enseignement des humanités médicales représente un enjeu et un défi pour tous les représentants des sciences humaines et sociales, de la littérature et des arts qui interviennent dans les cursus médicaux. Enseignants et étudiants ne partagent pas les mêmes méthodes ni la même culture scientifique. Plutôt que de confronter les étudiants avec de nouvelles disciplines qui seraient à acquérir, les enseignements gagnent à être construits à partir d’un problème concret rencontré dans la pratique médicale, afin de faire valoir le regard d’une autre discipline et de sensibiliser les étudiants à son potentiel critique et aux ressources qu’elle offre pour résoudre des problèmes issus de la clinique.

Destiné à des étudiants de 1ère année en Bachelor de médecine à l’Université de Fribourg (Suisse), ce cours a pour objet l’étude de la représentation sociale d’une pratique de santé et son évolution au cours de l’histoire. Le phénomène du thermalisme soulève des enjeux à la fois médicaux, sociaux, culturels, touristiques et littéraires qu’il s’agira d’appréhender de concert.

Convaincu de la nécessité d’expérimenter et de varier les formules d’enseignement pour arriver à créer une situation d’écoute et de participation active des étudiants, j’ai également veillé à ancrer mes enseignements dans ma discipline, la littérature, mais jugé nécessaire de les ouvrir à d’autres médiums, en particulier le film qui est un medium approprié pour les étudiants parce qu’il permet de varier le rythme des cours. 

Afin de bien intégrer mes enseignements dans le cursus général de médecine, j’ai pris soin de les préparer en fonction des exigences et objectifs du cursus médical en Suisse tels qu’ils sont précisés dans le Catalogue suisse des objectifs d’apprentissage (Swiss catalogue of learning objectives– SCLO, désormais PROFILES : http://www.profiles.med.ch).